Programme du 22 janvier au 11 février

Actualités Locales au Cinéma

Le cinéma municipal l’Atalante programme les Actualités Locales au Cinéma depuis le 4 septembre 2013. Ces actualités vont à la rencontre des personnes qui vivent en pays Bourian. Ce programme est mensuel.

Retrouvez-les sur 

http://actualites-locales-au-cinema.fr/

Abonnez-vous à notre newsletter

CINÉ MÉMOIRE 2019-2020

Les tarifs

Tarif Plein : 7€

Abonnement : 30€ la carte de 5 places (vendue la 1ère fois 2€, rechargeable à volonté)

Pour les – de 14 ans à toutes les séances (sauf 3D) : 4€

Pour Jeunes Lycéens Étudiants, les mercredis 14h45 -17h-19h en période scolaire :

Majoration de 2€ pour les séances 3D

 

Les nouveaux films et les reprises soutenus par le C.A.C.

Nouveaux films art et essai dans la programmation du 22  janvier au 11 février 2020

 

JEUNE JULIETTE deAnne Emond, comédie, Canada, 2019, 1h 37

Juliette est effrontée, malicieuse, un peu grosse et menteuse. Elle n’est pas vraiment populaire au collège, mais c’est pas grave : c’est tous des cons ! Juliette a 14 ans et elle croit en ses rêves. Pourtant, les dernières semaines de cours se montreront très agitées et vont bousculer ses certitudes sur l’amour, l’amitié et la famille…

Interview de la réalisatrice Anne Emond: « Voir quelqu’un se défendre, prendre la parole, ça fait chaud au cœur. Le film aurait très bien pu être un drame, mais je me suis dit très tôt que personne n’est à son meilleur lorsqu’il a 14 ans et qu’il y avait de la place pour la comédie dans cette histoire. Et quand on y pense, la plupart des histoires se terminent quand même bien. Il m’importait de réaliser un film léger et lumineux, pour montrer aux gens, particulièrement aux jeunes, que ce qu’on vit à l’adolescence s’arrange globalement par la suite !

 

LE LAC AUX OIES SAUVAGES de Diao Yinan, Chine, 2019, 1h 50

 

 

 

 

Un chef de gang en quête de rédemption et une prostituée prête à tout pour recouvrer sa liberté se retrouvent au cœur d’une chasse à l’homme. Ensemble, ils décident de jouer une dernière fois avec leur destin.

 Interview du réalisateur :  Après TRAIN DE NUIT, je songeais constamment à tourner un “polar”. Je suis grand lecteur et spectateur “d’oeuvres noires” occidentales des années 40 et 50, et pour moi comme pour d’autres, ce genre se prête à l’expression personnelle d’observations sur les hommes et sur la société…L’homme en fuite pourrait être un chevalier errant d’aujourd’hui, et la “baigneuse” une courtisane de l’ancien temps, mais surtout, mes héros ont des faiblesses et des peurs.

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

 

 

PROXIMA d’ Alice Winocour, France/Allemagne, 2019, 1h 47

Sarah est une astronaute française qui s’apprête à quitter la terre pour une mission d’un an, Proxima. Alors qu’elle suit l’entraînement rigoureux imposé aux astronautes, seule femme au milieu d’hommes, elle se prépare surtout à la séparation avec sa fille de 8 ans.

Critiques de la presse: Un film jamais féministe, et pourtant qui raconte avec une acuité des plus sensibles l’envers du décor, dans l’univers très machiste des astrophysiciens qui se préparent à aller sur Mars. Fort et original.  aVoir-aLire.com

Le refus affiché du spectaculaire ainsi que la simplicité désarmante de la trame, qui repose presque entièrement sur cet éloignement progressif entre une mère et sa fille, en font un ovni parmi les films du genre. Les cahiers du cinéma

 

FIRST LOVE, LE DERNIER YAKUSA de Takashi Miike , Japon, 2019, 1h 48

 

 

 

 

 

Interdit aux moins de 12 ans.    Tokyo, la nuit. Leo, un jeune boxeur, rencontre son « premier amour », Monica, une callgirl toxicomane. Elle est involontairement impliquée dans un trafic de drogue. Toute la nuit, un policier corrompu, un yakuza, son ennemi juré et une tueuse envoyée par les triades chinoises, vont les poursuivre.

Interview du réalisateur : Véritable film de gangster, FIRST LOVE aborde des thèmes propres au genre comme la drogue, la corruption policière, la guerre des gangs et la duplicité. Y a-t-il un de ces thèmes qui soit particulièrement sensible au Japon ? J’ai le sentiment qu’aujourd’hui les Yakuza ne peuvent plus vivre comme ils l’ont toujours fait. C’est sans doute mieux pour la société, mais c’est une contrainte néanmoins. À notre époque, le sens même du mot “liberté” est remis en question.

 

 

SEJOUR DANS LES MONTS FUCHUN de Gu Xiaogang, Chine, 2020, 2h 30

Le destin d’une famille s’écoule au rythme de la nature, du cycle des saisons et de la vie d’un fleuve.

Interview du réalisateur: Quelle est l’idée de départ ? Le film a-t-il directement à voir avec le célèbre tableau « Séjour dans les Monts Fuchun » ? Mes parents possédaient un restaurant à l’endroit où fut peint le tableau. Mais la rénovation et la démolition de la ville ont contraint mes parents à finir leur carrière comme simples gérants de ce restaurant. Au départ, je voulais écrire une histoire qui commémorerait leur vie et ce restaurant. Je suis donc revenu dans ma ville natale afin d’y faire des recherches. Lorsque je me suis remis à vivre dans cette ville, j’ai constaté l’ampleur des mutations, ce  qui a développé mon inspiration et m’a conduit à écrire une toute autre histoire.

 

LES SIFFLEURS de Corneliu Porumboiu, Roumanie, 2020, 1h 38

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Synopsis :   Cristi, un inspecteur de police de Bucarest corrompu par des trafiquants de drogue, est soupçonné par ses supérieurs et mis sur écoute. Embarqué malgré lui par la sulfureuse Gilda sur l’île de la Gomera, il doit apprendre vite le Silbo, une langue sifflée ancestrale. Grâce à ce langage secret, il pourra libérer en Roumanie un mafieux de prison et récupérer les millions cachés. Mais l’amour va s’en mêler et rien ne se passera comme prévu…

Ce film très noir dresse-t-il un constat sur les rapports humains et la société d’aujourd’hui ? Oui, dans mon premier film 12h08 à l’est de Bucarest, les gens se parlaient beaucoup, se demandaient des choses, pour tenter de définir cette révolution qui a fini par renverser le pouvoir si longtemps inébranlable. Dans ce nouveau film, mes personnages sont pris dans un monde dominé par des opinions fortes, où chacun veut imposer son point de vue à l’autre : c’est un jeu de pouvoir permanent. Dans un univers noir où tout doit être négocié, la vraie communication fonctionne mieux avec un langage secret qui permet (à ceux qui le maitrisent) de s’extraire du contrôle des rapports humains sous haute tension, pour pouvoir préserver une sorte de sincérité. Ce langage secret est crucial pour Cristi, car il finit par l’utiliser à des fins personnelles qui n’ont rien à voir avec les raisons criminelles pour lesquelles il a dû l’apprendre.

et aussi en reprise …

BROOKLYN AFFAIRS d’Edward Norton, Etats-Unis, 2019, 2h 25

New York dans les années 1950. Lionel Essrog, détective privé souffrant du syndrome de Gilles de la Tourette, enquête sur le meurtre de son mentor et unique ami Frank Minna. Grâce aux rares indices en sa possession et à son esprit obsessionnel, il découvre des secrets dont la révélation pourrait avoir des conséquences sur la ville de New York… Des clubs de jazz de Harlem aux taudis de Brooklyn, jusqu’aux quartiers chics de Manhattan, Lionel devra affronter l’homme le plus redoutable de la ville pour sauver l’honneur de son ami disparu. Et peut-être aussi la femme qui lui assurera son salut…

Extrait du dossier de presse: “Bien plus qu’un moment cinématographique, Brooklyn Affairs nous offre un véritable voyage immersif, au cœur du New York des années 50, des clubs de jazz d’Harlem jusqu’aux quartiers huppés de Manhattan, en passant par les taudis de Brooklyn. Un tour de force réussi grâce aux décors pensés par la cheffe-décoratrice Beth Mickle, aux costumes conçus par Amy Roth, et à la musique qui tient une importance primordiale dans l’atmosphère si particulière du film. Pour sa bande originale, Edward Norton a d’ailleurs misé sur un trio hors du commun, composé du trompettiste de légende Wynton Marsalis, du compositeur Daniel Pemberton et du leader de Radiohead, Thom Yorke.”

 

 

LA VERITE de Kore-Eda Hirokazu, Japon/France, 2019, 1h 47
Fabienne, icône du cinéma, est la mère de Lumir, scénariste à New York. La publication des Mémoires de cette grande actrice incite Lumir et sa famille à revenir dans la maison de son enfance. Mais les retrouvailles vont vite tourner à la confrontation : vérités cachées, rancunes inavouées, amours impossibles se révèlent sous le regard médusé des hommes. Fabienne est en plein tournage d’un film de science-fiction où elle incarne la fille âgée d’une mère éternellement jeune. Réalité et fiction se confondent obligeant mère et fille à se retrouver…
Interview du réalisateur:Qu’est-ce qui fait qu’une famille est une famille ? Est-ce la vérité ou le mensonge ? Et vous, que choisiriez-vous entre une vérité cruelle et un doux mensonge ? Telles sont les questions que je n’ai eues de cesse de me poser en faisant ce film, et j’espère qu’il sera l’occasion pour ceux qui le verront de chercher à leur tour leurs propres réponses.”

IT MUST BE HEAVEN de Elia Suleiman, Palestine, France, 2019, 1h 37

ES fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil, avant de réaliser que son pays d’origine le suit toujours comme une ombre. La promesse d’une vie nouvelle se transforme vite en comédie de l’absurde. Aussi loin qu’il voyage, de Paris à New York, quelque chose lui rappelle sa patrie.
Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir ” chez soi ” ?

Elia Suleiman : « Si dans mes précédents films, la Palestine pouvait s’apparenter à un microcosme du monde, mon nouveau film, It Must Be Heaven, tente de présenter le monde comme un microcosme de la Palestine. It Must Be Heaven donne à voir des situations ordinaires de la vie quotidienne d’individus vivant à travers le monde dans un climat de tensions géopolitiques planétaires. La violence qui surgit en un point est tout à fait comparable à celle qui s’observe ailleurs.

 

 

et encore…

 

Toute la programmation ici

Le Comité d’Animation Culturelle vous souhaite de beaux moments cinéma.

Programme du 25 décembre au 21 janvier