Programme du 4 mars au 24 mars

Actualités Locales au Cinéma

Le cinéma municipal l’Atalante programme les Actualités Locales au Cinéma depuis le 4 septembre 2013. Ces actualités vont à la rencontre des personnes qui vivent en pays Bourian. Ce programme est mensuel.

Retrouvez-les sur 

http://actualites-locales-au-cinema.fr/

Abonnez-vous à notre newsletter

CINÉ MÉMOIRE 2019-2020

Les tarifs

Tarif Plein : 7€

Abonnement : 30€ la carte de 5 places (vendue la 1ère fois 2€, rechargeable à volonté)

Pour les – de 14 ans à toutes les séances (sauf 3D) : 4€

Pour Jeunes Lycéens Étudiants, les mercredis 14h45 -17h-19h en période scolaire :

Majoration de 2€ pour les séances 3D

 

Suite à la conférence de presse de Monsieur Edouard Philippe Premier ministre concernant les mesures de prévention afin de lutter contre la pandémie de Coronavirus, le cinéma municipal l’Atalante ferme ses portes temporairement à compter du samedi 14 mars à minuit. 

A très bientôt… 😉  🙂 

Les nouveaux films et les reprises soutenus par le C.A.C.

du  4 au 24 mars  2020

 

EVENEMENTS DU MOIS:  LE FESTIVAL CINELATINO EN REGION

Créé en 1989, le festival Cinélatino Rencontres de Toulouse s’est imposé au fil des ans comme un rendez-vous incontournable avec les films et les auteurs latino-américains. Le festival défend et aide les cinémas d’Amérique latine et contribue à la diversité culturelle à travers les écrans. Cinélatino en région contribue à la diversité de l’offre cinématographique et à l’animation des salles, en soutenant la diffusion et la promotion des films latino-américains.

 

LA LLORONA de Jayro Bustamante, Guatemala, France, 1h 37

6 mars à 19 h et 8 mars à 17h

La Llorrona : seuls les coupables l’entendent pleurer. Selon la légende, la Llorona est une pleureuse, un fantôme qui cherche ses enfants. Aujourd’hui, elle pleure ceux qui sont morts durant le génocide des indiens mayas. Le général, responsable du massacre mais acquitté, est hanté par une Llorona. Serait-ce Alma, la nouvelle domestique ? Est-elle venue punir celui que la justice n’a pas condamné?

 

 

UNE MERE INCROYABLE de Franco Lolli, Colombie, France, 1h 37

15 mars à 15 h

À Bogota, Silvia, mère célibataire et avocate, est mise en cause dans un scandale de corruption. À ses difficultés professionnelles s’ajoute une angoisse plus profonde. Leticia, sa mère, est gravement malade. Tandis qu’elle doit se confronter à son inéluctable disparition, Sylvia se lance dans une histoire d’amour, la première depuis des années.

 

NUESTRA MADRES de César Diaz, Guatemala, France, 1h 26

22 mars à 15 h

Guatemala, 2018. Le pays vit au rythme du procès des militaires à l’origine de la guerre civile. Les témoignages des victimes s’enchaînent. Ernesto, jeune anthropologue à la Fondation médico-légale, travaille à l’identification des disparus. Un jour, à travers le récit d’une vieille femme, il croit déceler une piste qui lui permettra de retrouver la trace de son père, guérillero disparu pendant la guerre. Contre l’avis de sa mère, il plonge à corps perdu dans le dossier, à la recherche de la vérité et de la résilience.

 

CANCION SIN NOMBRE de Melina Leon , Pérou,  1h 37

25 mars à 21h en présence  de la réalisatrice

Pérou, au plus fort de la crise politique des années 80. Georgina attend son premier enfant. Sans ressources, elle répond à l’annonce d’une clinique qui propose des soins gratuits aux femmes enceintes. Mais après l’accouchement, on refuse de lui dire où est son bébé. Décidée à retrouver sa fille, elle sollicite l’aide du journaliste Pedro Campos qui accepte de mener l’enquête.

Melina León est une réalisatrice péruvienne qui vit entre Lima et New York. Après son diplôme en cinéma à l’Université de Columbia, elle présente son premier court métrage EL PARAÍSO DE LILI (LE PARADIS DE LILI) au Festival du Film de New York. Le film remporte 11 prix dans plus de 20 festivals internationaux, dont celui de « meilleur film
d’Amérique Latine » au Festival International du court métrage de São Paulo.
Son premier long métrage, CANCIÓN SIN NOMBRE, s’inspire de faits réels : un trafic d’enfants au Pérou dans les années 80, une affaire que son père, le journaliste Ismael León, avait révélée au grand public. Le film a reçu le soutien du Ministère de la Culture du Pérou, de Ibermedia, de la Fondation Jérôme et de l’ICAA (Espagne)

 

AUTRE EVENEMENT DU MOIS: AU FIL DES DOCS

avec le concours de l’ACREAMP et de l’ACID

DES HOMMES de Alice Odiot et Jean-Robert Viallet , France, 1h30

11 mars 2020 à 21h en présence d’Alice Odiot

  25 jours en immersion dans la prison des Baumettes. 30 000 mètres carrés et 2 000 détenus dont la moitié n’a pas 30 ans. Une prison qui raconte les destins brisés, les espoirs, la violence, la justice et les injustices de la vie. C’est une histoire avec ses cris et ses silences, un concentré d’humanité, leurs yeux dans les nôtres.

“La première sensation qui transpire de ces images est celle d’une lumière s’infiltrant partout dans ces espaces clos, illuminant tous ces visages heurtés par la vie. En tout point, ce long-métrage porte une exigence photographique qui permet de saisir la trajectoire de ces hommes.” Christian Sonderegger et Idir Serghine, cinéastes de L’ACID

ET ENCORE … UN CYCLE ANTHONY MANN

WINCHESTER 73 , 1951, 1h 32

LES AFFAMEURS, 1952, 1h 31

JE SUIS UN AVENTURIER, 1954, 1h 37

ANTHONY MANN  débute comme acteur de théâtre avant de se lancer dans le cinéma.A partir de 1950, il alterne films noirs nerveux, où la photographie contrastée de John Alton fait merveille, et westerns violents et épurés. C’est avec Winchester 73 qu’il entame une fructueuse collaboration avec l’acteur James Stewart et le scénariste Borden Chase, collaboration qui s’achèvera en 1955 et 5 films plus tard avec L’Homme de la plaine. Ces westerns sont souvent considérés comme ce que le genre a produit de plus pur et de plus abouti : axées le plus souvent sur l’idée de vengeance, ses histoires mettent en valeur le potentiel dramatique des décors naturels.

AUTRES FILMS

LA FILLE AU BRACELET de Stéphane Demoustier, 2020, 1h 36

LE CAS RICHARD JEWELL de Clint Eastwood, 2020, 2h 09

EN REPRISE…

1917  de Sam Mendes  , G B, E-U, 2020, 1h 59

Pris dans la tourmente de la Première Guerre Mondiale, Schofield et Blake, deux jeunes soldats britanniques, se voient assigner une mission à proprement parler impossible. Porteurs d’un message qui pourrait empêcher une attaque dévastatrice et la mort de centaines de soldats, dont le frère de Blake, ils se lancent dans une véritable course contre la montre, derrière les lignes ennemies.

Critique Aurélien Allin « 1917 éblouit à tous les niveaux. Un film total qui transforme un tour de force technique en outil d’immersion et d’émotions. Un très grand film.”

 

MARCHE AVEC LES LOUPS de Jean-Michel Bertrand, France, 2020, 1h 28

Après avoir disparu pendant près de 80 ans et malgré les obstacles, les loups sont en train de retrouver leurs anciens territoires. Ce film raconte le grand mystère de la dispersion des loups : comment les jeunes loups quittent le territoire qui les a vus naître, et la façon dont ces aventuriers partent à la conquête de nouveaux territoires. Deux années durant, Jean-Michel Bertrand a mené une véritable enquête pour tenter de comprendre le fonctionnement complexe et erratique de ces jeunes loups, leurs rencontres avec leurs semblables et les opportunités de se mettre en couple. Dans le sillage des loups nomades, le film nous raconte comment ceux-ci doivent traverser des territoires hostiles déjà occupés par leurs semblables et dans lesquels ils ne sont pas les bienvenus, ou d’autres, plus nombreux, colonisés par les humains. Heureusement, subsistent des territoires sauvages connus seuls de ces aventuriers… Après La Vallée des Loups sorti en 2017 et qui a enregistré plus de 200.000 entrées, Marche avec Les Loups poursuit l’aventure de Jean-Michel Bertrand avec la nature.

et encore…

 

toute la programmation ici

 

Le Comité d’Animation Culturelle vous souhaite de beaux moments cinéma.

programme du 12 février au 3 mars