Programme du 7 au 27 octobre

Abonnez-vous à notre newsletter

CINÉ MÉMOIRE 2020-2021

Les tarifs

Tarif Plein : 7€

Abonnement : 30€ la carte de 5 places (vendue la 1ère fois 2€, rechargeable à volonté)

Pour les – de 14 ans à toutes les séances (sauf 3D) : 4€

Pour Jeunes Lycéens Étudiants, les mercredis 14h45 -17h-19h en période scolaire :

Majoration de 2€ pour les séances 3D

 

Fermeture du cinéma l’Atalante

Amis cinéphiles, le Covid-19 oblige les cinémas français à fermer leurs portes à nouveau à partir de ce soir 29 octobre.

 Nous reviendrons dès que possible …

_________________________________

 

BENNI de Nora Fingscheidt, Allemagne, 2020, 1h 58

2 prix et 6 nominations

Benni a neuf ans. Négligée par sa mère, elle est enfermée depuis sa petite enfance dans une violence qu’elle n’arrive plus à contenir. Prise en charge par les services sociaux, elle n’aspire pourtant qu’à être protégée et retrouver l’amour maternel qui lui manque tant. De foyer en foyer, son assistante sociale et Micha, un éducateur, tenteront tout pour calmer ses blessures et l’aider à trouver une place dans le monde.

 Interview de la réalisatrice: Vous filmez avec attention le travail des éducateurs et médecins, qui font tout ce qu’ils peuvent …
Au cours de mes recherches, j’ai entendu pour la première fois cette expression de “system crasher” : autrement dit « ceux qui explosent le système ». J’ai d’abord pensé que le système était mauvais, froid, insensible. Mais au cours des recherches, je n’ai finalement rencontré que des gens de bonne volonté, faisant de leur mieux pour aider ces enfants en difficulté. En quatre ans, je n’ai pas vu un seul médecin ou travailleur social qui soit insensible.

 

 

A DARK, DARK MAN de Adilkhan Yerzhanov, 2020, 1h 50

Interdit aux moins de 12 ans

Bekzat est un jeune policier qui connait déjà toutes les ficelles de la corruption des steppes kazakhes. Chargé d’étouffer une nouvelle affaire d’agressions mortelles sur des petits garçons, il est gêné par l’intervention d’une journaliste pugnace et déterminée. Les certitudes du cow-boy des steppes vacillent.

 Interview du réalisateur: Il y a toujours des références à la culture française, Montesquieu en particulier avec L’Esprit des lois, la séparation des 3 pouvoirs dans ce monde corrompu…
Dans LA TENDRE INDIFFÉRENCE DU MONDE, il était beaucoup question de Camus. Avec A DARK, DARK MAN, de Montesquieu. J’ai en tête des citations de Montesquieu depuis mon enfance. Elles me sont revenues dès que j’ai cherché les mots justes pour accompagner le film… D’un autre côté, ce n’est pas non plus complètement par hasard, car Montesquieu est l’un des premiers philosophes à avoir étudié le pouvoir de l’État sur la base de la morale. 

 

 

BILLIE de James Erskine, Grande Bretagne,   2020, 1h 32mn

BILLIE HOLIDAY est l’une des plus grandes voix de tous les temps. Elle fut la première icône de la protestation contre le racisme ce qui lui a valu de puissants ennemis. A la fin des années 1960, la journaliste Linda Lipnack Kuehl commence une biographie officielle de l’artiste. Elle recueille 200 heures de témoignages incroyables : Charles Mingus Tony Bennett, Sylvia Syms, Count Basie, ses amants, ses avocats, ses proxénètes et même les agents du FBI qui l’ont arrêtée….Mais le livre de Linda n’a jamais été terminé et les bandes sont restées inédites … jusqu’à présent. BILLIE est l’histoire de la chanteuse qui a changé le visage de la musique américaine et de la journaliste qui est morte en essayant de raconter l’histoire de Lady telle qu’elle était.

Critique: La vie tragique et la carrière brillante de Billie Holiday sont retracées dans un film musical touchant, qui met en valeur mieux qu’aucun autre biopic la souffrance cachée de célébrités décidément bien mal entourées. 

 

DRUNK de Thomas Vinterberg, Danemark, 2020, 1h 55

Quatre amis décident de mettre en pratique la théorie d’un psychologue norvégien selon laquelle l’homme aurait dès la naissance un déficit d’alcool dans le sang. Avec une rigueur scientifique, chacun relève le défi en espérant tous que leur vie n’en sera que meilleure ! Si dans un premier temps les résultats sont encourageants, la situation devient rapidement hors de contrôle.

Message du réalisateur: Traiter d’un sujet aussi grave et sérieux avec, parfois, un peu d’humour, peut être choquant aux yeux de certains. Nous espérons que le film donnera matière à réflexion et à débat auprès d’un public qui vit dans un monde de plus en plus défini par une rhétorique puritaine, mais avec une consommation d’alcool assez élevée au niveau mondial, même à un très jeune âge. Drunk est pensé comme un hommage à la vie. Comme une reconquête de la sagesse irrationnelle libérée de toute logique anxieuse, qui recherche le désir même de vivre… avec des conséquences parfois tragiques.Thomas Vinterberg

 

UN PAYS QUI SE TIENT SAGE de David Dufresne, France, 2020, 1h 26

sélection Quinzaine des réalisateurs

Alors que s’accroissent la colère et le mécontentement devant les injustices sociales, de nombreuses manifestations citoyennes sont l’objet d’une répression de plus en plus violente. « Un pays qui se tient sage » invite des citoyens à approfondir, interroger et confronter leurs points de vue sur l’ordre social et la légitimité de l’usage de la violence par l’Etat.

Critique: Fort de ce dialogue entre séquences chocs et propos plus ou moins distanciés, ce film orienté mais pas idéologisé interroge le spectateur sur son rapport aux images. ” Le journal du dimanche

 

YALDA LA NUIT DU PARDON de Massoud Bakhshi, Iran, France, Allemagne…, 2020, 1h 29

Iran, de nos jours. Maryam, 22 ans, tue accidentellement son mari Nasser, 65 ans. Elle est condamnée à mort. La seule personne qui puisse la sauver est Mona, la fille de Nasser. Il suffirait que Mona accepte de pardonner Maryam en direct devant des millions de spectateurs, lors d’une émission de téléréalité. En Iran cette émission existe, elle a inspiré cette fiction.

Le titre du film ? Yalda est une fête zoroastrienne qui marque le début de l’hiver, la nuit la plus longue de l’année. Les familles se réunissent avec leurs proches et leurs amis, on raconte des histoires et on récite des poèmes de Hafez, un des piliers de la culture persane. Cette fête m’a marqué depuis l’enfance, et j’y ai vu le moment parfait pour le déroulement de mon film : une longue nuit, où tout peut basculer, le temps pour Maryam, l’héroïne condamnée à mort, de donner enfin sa version du drame.

 

CALAMITY, Une enfance de Martha Jane Cannary de Rémi Chayé , 2020, 1h 24

   A partir de 6 ans
Cristal du long-métrage au festival d’Annecy
1863, États-Unis d’Amérique. Dans un convoi qui progresse vers l’Ouest avec l’espoir d’une vie meilleure, le père de Martha Jane se blesse. C’est elle qui doit conduire le chariot familial et soigner les chevaux. L’apprentissage est rude et pourtant Martha Jane ne s’est jamais sentie aussi libre. Et comme c’est plus pratique pour faire du cheval, elle n’hésite pas à passer un pantalon. C’est l’audace de trop pour Abraham, le chef du convoi. Accusée de vol, Martha est obligée de fuir. Habillée en garçon, à la recherche des preuves de son innocence, elle découvre un monde en construction où sa personnalité unique va s’affirmer. Une aventure pleine de dangers et riche en rencontres qui, étape par étape, révélera la mythique Calamity Jane.

“Martha Jane balaye les conventions avec l’innocence de l’enfance… Elle montre la voie vers l’Oregon mais aussi vers une autre façon de considérer la condition féminine”

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Programme du 28 octobre au 17 novembre 2020

Les Actualités Locales au Cinéma